Les découvertes préliminaires des cliniciens du « Research Institute of the McGill University Health Center » (MUHC), montrent que les hommes souffrant d’impuissance ont plus de risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire. Les maladies cardiovasculaires tuent approximativement 150 000 à 180 000 personnes chaque année en France.

« Notre étude suggère, que la dysfonction érectile, particulièrement chez les jeunes hommes, peut être un signe d’une future maladie cardiaque ou d’un futur arrêt cardiaque, » dit le Directeur de l’Epidémiologie Clinique au MUHC et chef investigateur, le Dr ; Steven Grover.
Le Dr. Grover, qui est aussi professeur à la « Faculty of Medicine at McGill University », ainsi que ses collègues ont évalué plus de 4000 hommes. Ils ont comparé le risque d’impuissance chez les patients atteints et non atteints de maladie cardiovasculaire. « Nous avons trouvé que la présence de maladie cardiovasculaire était fortement associée à la dysfonction érectile, » dit le Dr. Grover.

Parmi les hommes ne souffrant pas de maladie cardiovasculaire, les facteurs à risque tels que le diabète, le fait de fumer, l’hypertension artérielle et le cholestérol sont communs parmi ceux souffrant d’impuissance. Cela suggère que les hommes atteints de dysfonction érectile mais n’ayant pas d’autres symptômes de maladie cardiovasculaire peuvent présenter des risques élevés de développer la maladie. De ce fait, un diagnostique d’évaluation complet de l’impuissance devrait comprendre l’analyse des facteurs à risque.
Cette étude a été sélectionnée comme étant la gagnante du « Yamanouchi Impotence Best Abstract Series Award » par la « American Urological Association » (AUA) et les découvertes ont été présentées au Rendez-Vous Annuel de la AUA. Cette étude a été fondée par Pfizer Canada Inc.