Le fait d’avoir des relations sexuelles plus souvent pourrait aider à empêcher le développement de la dysfonction érectile (ED). Une étude de 2008 rapporte que les hommes plus actifs sexuellement avaient moins de chance de développer l’impuissance.

Durant une étude de 5 ans portée sur 989 hommes âgés de 55 à 75 ans provenant de Pirkanmaa, en Finlande, les investigateurs ont observé que les hommes ayant moins d’une relation sexuelle par semaine ont deux fois plus de risque d’être touché par la dysfonction érectile que les hommes ayant une seule relation par semaine. Ils ont aussi observé que plus la fréquence des relations sexuelles augmente, plus le risque d’impuissance diminue.
D’autres facteurs peuvent affecter le risque de souffrir de dysfonction érectile, tels que l’âge, les maladies chroniques (diabète, maladie du cœur, hypertension, maladie cardiovasculaire et dépression), le taux de graisse présent dans le corps et le fait de fumer. Ces facteurs ont aussi été pris en compte dans les données récupérées durant l’analyse.

L’impuissance a été décelée chez 79 de 1000 hommes ayant déclaré avoir moins d’une relation sexuelle par semaine, chez 32 de 1000 hommes ayant déclaré avoir une relation par semaine et chez 16 de 1000 hommes ayant déclaré avoir au moins 3 relations par semaine.
De plus, la fréquence des érections matinales prédit aussi le développement de dysfonction érectile complète, puisque le risque est multiplié par 2,5 chez les hommes n’ayant qu’une érection matinale par semaine comparés à ceux en ayant 2 ou 3 par semaines.
Dans l’article, Juha Koskimäki, MD, PhD, « Tampere University Hospital », Département d’Urologie, à Tampere, en Finlande a déclaré : « Les relations sexuelles régulières ont un rôle important dans la préservation de la fonction érectile chez les hommes âgés, mais les érections matinales n’ont pas le même effet. L’activité sexuelle continue décroit le risque d’impuissance en proportion directe avec la fréquence coïtal. »

L’étude indique clairement que des relations sexuelles fréquentes protègent les hommes de souffrir du développement de l’impuissance, pouvant aussi avoir un impact important sur la santé générale du patient ainsi que sa qualité de vie. Les investigateurs ont conseillé les spécialistes de ce sujet de prôner l’activité sexuelle répétée à leurs patients.