mojitristeLa radiothérapie est généralement utilisée pour traiter de nombreux types de cancers chez les hommes et chez les femmes. Cette forme de traitement propose, en général, d’assez bons résultats. Dans des cas de cancer de la prostate, de la vessie, du pénis ou du rectum, la radiation est concentrée au niveau de la zone du bassin.

Depuis les années 50, de nombreuses avancées technologiques ont vu le jour de manière à éviter que la radiothérapie n’affecte pas les tissus du corps non touchés par le cancer. Malheureusement, il existe toujours une zone d’environ 1cm autour de l’endroit atteint qui souffre aussi des conséquences de la dite radiation. Par exemple, pour traiter le cancer de la prostate, certaines zones proches du pénis et de la vessie sont souvent atteintes par les effets de la radiation.

On sait que même en utilisant une méthode appelée IMRT, un quart de la dose totale de radiation affecte la zone postérieure du pénis. En prenant en compte l’anatomie du pénis, cette zone se situe à 1 – 2cm de la pointe de la prostate et c’est pourquoi il est très probable qu’une partie de la radiation atteigne le pénis. De plus, on sait parfaitement que l’irradiation de la zone du bassin donne lieu à la dysfonction érectile. L’effet négatif du traitement sur la fonction érectile est en relation avec les doses de radiation reçues ainsi qu’avec l’état antérieur à la radiation de la fonction érectile du patient, de son âge et de ses comorbidités (hypertension, cholestérol élevé, diabète et artériopathie coronarienne, etc.).

La radiation a un effet négatif à trois niveaux différents : avant tout, la radiation a un effet très négatif sur les vaisseaux sanguins et surtout sur l’endothélium. Ensuite, cela endommage aussi les tissus érectiles, par exemple, les corps caverneux du pénis sont extrêmement sensibles à la radiation et ils s’endommagent dès qu’ils y sont exposés. Enfin, la radiation a un effet négatif sur la structure nerveuse proche de la prostate et sur sa fonction. Lors d’une opération de la prostate, la fonction sexuelle du patient connaît un brusque changement alors qu’avec une radiothérapie, l’effet est plus faible mais progressif.

Normalement, à la fin de la radiothérapie, la majorité des hommes ne souffrent pas de changements significatifs au niveau de leur fonction érectile, mais après 3 – 4 ans, la majorité des hommes commencent à ressentir une détérioration importante de leur fonction érectile.

Il existe une forme de réhabilitation pénienne qui, en fonction du sujet, peut durer jusqu’à 18 mois. Dans des cas de cancer de la prostate avec opération radicale de la prostate, de cancer de la prostate traitée par radiothérapie externe,  de chirurgie de reconstruction du pénis après la Maladie de la Peyronie ainsi que chez les hommes de plus de 50 ans sans problèmes apparents, la réhabilitation pénienne est à prendre en compte sous forme préventive. Les hommes âgés de plus de 40 ans, souffrant de maladies tels que le diabète et / ou maladie vasculaire doivent commencer à réhabiliter leur pénis pour traiter les tissus du pénis et ainsi améliorer leur capacité d’érection dans le futur. Les recommandations sont les suivantes:


a.    Faibles doses d’inhibiteurs de PDE5 par doses journalières (suivi médical)
b.    Injections dans le pénis, avec la finalité d’obtenir une érection d’une heure (en fonction du patient et du suivi médical.
c.    Utiliser une Pompe à pénis, sans utiliser les anneaux de constriction, 3 fois par semaines entre 10 et 15 minutes pour stimuler le flux sanguin à l’intérieur du pénis.
d.    Utiliser un extenseur de pénis pour éviter un possible raccourcissement ou courbure du pénis.


Grâce à cette réhabilitation, vous pouvez éviter la possibilité de mort (apoptose) des tissus érectiles et du pénis.